mercredi 9 novembre 2016

Le Cycle des Robots, Tome 1 - Les Robots (Isaac Asimov)

Le Cycle des Robots, tome 1 - Les Robots (Isaac Asimov) I, Robot


Première loi : un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être  humain exposé au danger.

Deuxième loi : un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres entrent en contradiction  avec la première loi.

Troisième loi : un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la première et la deuxième loi.

De ces trois lois très simples et ne souffrant à priori d’aucune ambiguïté, Asimov va montrer que ce qui parait si simple ne l’est pas tant que ça, en creusant un peu.

À travers 9 nouvelles, il va faire évoluer ses machines qui servent d’abord de garde d’enfants muettes pour finir maire puis Coordinateur mondial et allant jusqu’à se fondre dans l’humanité.

Chacune de ces histoires partent sur le même principe : un robot crée une erreur, ne semble plus fonctionner correctement, devient même parfois fou ou représente un danger pour l’homme alors que la première loi le lui interdit formellement. Après un examen minutieux de la situation plus ou moins critique pour les hommes, le fond même du problème est trouvé et il s’agit toujours, en fin de compte, d’une erreur humaine qui découvre les limites de ces lois établies.

L’homme face à la machine ; mais cette fois, il ne s’agit pas d’un asservissement, juste d’une critique de cet être humain qui cherche sans cesse à asseoir sa supériorité.

L’originalité de ce récit, au-delà d’être chronologiques et de voir une évolution dans la technologie robotique, c’est que l’on va retrouver certains personnages au fil des nouvelles, affrontant sans cesse une situation qui mettra leurs neurones à rude épreuve.

Si ce schéma est répétitif, on en redemande à chaque fois, toujours à se demander ce qui va arriver et surtout ce que ces humains vont trouver pour expliquer et régler le problème. Asimov vulgarise la robotique et cette science en général mais n’hésite pas à exposer tous les tenants et aboutissants de ces situations particulières. Que se soit de l’ordre scientifique, psychologique ou politique, les faits nous sont exposés de manière à ce que l’on comprenne bien les enjeux et leurs conséquences pouvant être dramatiques.

« Pouvant » parce qu’en réalité, jamais nous ne sommes inquiets ; même si le suspense réside, jamais nous ne serons angoissés de la chute.

J’avais souvent entendu parler de l’œuvre d’Asimov mais ne l’avais encore jamais lu. J’ai été agréablement surpris, ne m’attendant pas à une analyse aussi pointue et diversifiée sur un sujet qui, au départ, ne souffrait d’aucune ambiguïté.