mardi 28 février 2017

Le Premier (Nadia Coste)

Le Premier (Nadia Coste)
Vaïn n'est pas mort. Pourtant, son frère l'a tué.
A-t-il ressuscité ? Pourquoi le soleil brûle-t-il sa peau ?
Pourquoi seul le sang le rassasie-t-il ?
Alors que son désir de vengeance augmente, Vaïn se convainc que la Nature l'a sauvé de la mort pour éliminer son frère et sa descendance maudite... Une traque terrible et périlleuse commence... Elle durera des siècles.
La quête du Premier Immortel depuis la fin du néolithique jusqu'au début de Rome.

C'est la couverture qui m'a attiré dans un premier temps. Sombre, elle dénotait une certaine violence et autant dire que c'est le cas. On ne rechigne pas à assassiner femmes et enfants. Sans que ça devienne racoleur pour autant avec un luxe de détails inutiles, l'auteur reste pourtant froide à ces faits que l'on jugerait immoraux. Pourtant ici, ça passe. Conscients très rapidement que l'on tombe dans un récit noir sans espoir, on suit Vaïn dans sa traque et la découverte de son nouveau pouvoir.

Dirigé vers un public de jeunes adultes, j'avais un peu peur au départ d'appréhender ce récit. S'il manque un tant soit peu de profondeur ou du moins si l'on passe très vite sur certaines réflexions, il nous entraîne dans les multiples rebondissements de l'histoire.

Pour éviter de se répéter et de traîner en longueur, l'auteure zappe plusieurs siècles d'un coup, rendant l'action plus bondissante et que posée et cela peut perturber dans un premier temps.
Elle suit trois axes principaux afin de nous présenter son héros qui ne parviendra jamais vraiment à s'élever au-delà de sa condition, restant toujours quelque part le minable qu'il était au départ. Ceci étant, on s'attache à lui, craignant même pour sa vie lorsqu'il se retrouve dans une situation qu'il n'avait pas prévue. Naïf, c'est quand même à se demander comment il a pu traverser les siècles lors de sa traque impossible.

Quant à la naissance du vampire et du lycan, j'étais curieux de voir comment l'auteure allait reprendre l'un des myhtes instauré par Bram Stoker, d'autant qu'ici, point question de religion. Si le lycan naît d'une croyance, d'une légende, ce qui à la rigueur passe, j'ai eu un peu plus de mal à accepter celle du vampire qui survient après que la victime a été sucée par des sangsues.
Heureusement que le reste est de bonne facture, bien écrit pour une lecture relativement rapide et facile. Sans cela, rien que ce détail aurait pu faire retomber le soufflé.

J'ai tout de même beaucoup apprécier la faculté de l'auteure de surprendre le lecteur, retournant son récit d'un coup pour lui faire prendre une voie que l'on n'attend pas forcément.
Une lecture agréable malgré les horreurs qu'elle peut décrire et mettre sur les épaules de son héros.