jeudi 1 décembre 2016

Séquestrée (Chevy Stevens)

Séquestrée (Chevy Stevens)


Annie est agent immobilier. Alors qu’elle fait visiter une maison, elle se fait enlever par son client qui l’enferme dans une cabane, elle ne sait où. Commence pour elle un long calvaire…

Mon premier Chevy Stevens et c’est une véritable révélation. L’auteur place déjà le lecteur dans une position très peu confortable, le rendant responsable de tout ce qu’il va lire par la suite : celle du psy de cette femme ayant vécu l’enfer.

Sur un récit à la première personne, Annie va nous expliquer comment un caractère aussi fort que le sien va plonger dans la soumission. Au-delà de la torture psychologique où le personnage ne peut que ressortir brisé, un enchaînement de violence viendra se rajouter à une ambiance déjà très lourde.

Pour le lecteur, il n’y a aucune échappatoire, aucun moyen de respirer ou de se dire qu’il y a toujours un espoir. On aimerait pouvoir entrer dans le livre et tendre la main à cette femme qui a vécu un supplice. On aimerait en finir nous-mêmes avec celui qu’elle appelle « Le Monstre ».

À mi-parcours, Stevens relance son intrigue et nous présente le quotidien de la victime, toujours écrit à la première personne. Mais la tension n’en est pas moins lourde et tendue. Condamnée à sombrer, on approche lentement du dénouement que l’on pressentait depuis pas mal de pages. Du moins, je l’ai pressenti. Mais cela n’enlève rien à la puissance de ce récit dans la mesure où l’on est plus focalisé par le traumatisme que nous fait vivre le personnage principal. Car ce n’est pas juste une lecture d’un moment atroce : on vit avec elle ce qu’elle a pu subir.

Très bien écrit, puissant, bouleversant, s’il y avait un seul reproche à faire à ce livre, c’est la façon répétitive dont commence chaque chapitre : « aujourd’hui, j’ai fait ça, docteur ». Certes, j’ai beaucoup aimé tous ces détails de la vie quotidienne, aussi anodins que primordiaux pour rendre le récit authentique mais ces débuts de chapitre sont souvent les mêmes, sauf sur la fin où forcément, ça bouge encore plus.

Sans cela, Séquestrée est un excellent thriller qui nous entraîne aussi bien dans la tête d’un taré que dans celle de sa victime. À lire absolument !