dimanche 10 juillet 2016

Harry Potter et les Reliques de la Mort (J.K. Rowling)

Harry Potter et les Reliques de la Mort (J.K. Rowling)

Bien sûr que j’attendais cet ultime volet. Est-ce pour cela que je prenais mon temps pour le lire, cherchant à ne pas dévorer chaque page tel un glouton, afin de faire durer le plaisir ?

Je ne dirais pas cela comme ça.

La première partie du bouquin est d’un ennui mortel, du moins pas dès le départ mais très vite on tourne en rond, comme l’auteure qui ne sait plus où elle en est. Et plutôt que de laisser reposer son traitement de texte pour trouver le souffle qui remettra du rythme, elle écrit, quitte à pomper et perdre son lecteur.

Ces histoires d’horcruxes lui échappent et on se demande si elle savait bien où elle allait avec ça. C’est long. C’est pénible. C’est inutile.

Et alors que j’étais sur le point de tout fermer, criant au scandale et à l’escroquerie, voilà que le récit se réveille enfin. Dès lors, sur la seconde partie, c’est un déferlement de rebondissements, de massacres, de combats, de rapidité à un point tel que l’on a du mal à respirer ! Une chance que je ne me suis pas écouté, si prêt de refermer le livre à jamais.

Rowling répond quand même aux attentes, satisfaisant un peu tout le monde au passage, maniant habilement le suspense pour mettre un terme aux aventures de son petit sorcier qui est devenu grand.

Si la dernière partie de son bouquin est absolument remarquable, mêlant intrigue, magie, affrontements et répondant à toutes les questions posées depuis le début de la saga, cette première partie des plus exécrables vient quelque peu ternir l’expérience.

Mais bon, aller ! Dans l’ensemble, c’est une très bonne série qui mérite de révolutionner le genre.