samedi 30 juillet 2016

L'imposteur (Philip K. Dick)

L'imposteur (Philip K. Dick)


Olham a un problème : il doit prouver qu’il n’est pas le robot que l’on prétend qu’il soit. Et il doit faire vite parce qu’on veut l’éliminer avant qu’il ne détruise la planète avec une bombe qu’il aurait dans le corps…

Sur le même principe que les nouvelles précédentes, Philip K. Dick nous plonge dans les méandres de la folie, tant par cet homme persuadé de ne pas être un robot (mais ne sachant plus vraiment qui il est), que par ceux qui le poursuivent, décrit comme des fanatiques.

C’est bien là le sens profond de cette histoire : le préjugé ; cette façon de cataloguer les gens, quitte à détruire leur vie, en faire des coupables sans aucune preuve, aucun procès et allant jusqu’à déterminer la sentence à l’aveugle.

Une fois n’est pas coutume, l’auteur est empli d’espoir malgré la situation impossible à démêler : comment prouver ce que l’on est persuadé de ne pas être et faire mentir la majorité des gens, ligués contre nous, nous entourant.

Il faudra tout de même attendre les toutes dernières lignes du récit pour être persuadé d’une vérité… celle de l’auteur.